Pour savoir où on va, il faut savoir d'où l'on vient

Vous avez
une question ?
Un projet ?

Contactez nous !
 

Contactez-nous

Vous avez une question ? un projet ? 
Vous souhaitez plus d'informations sur un produit ? sur notre offre ? 
Contactez-nous, on vous répond sous 4H.

retour

Quelques principes pour la haute performance

Quelques principes pour la haute performance

Voyons quelques principes généraux de la haute-performance, que nous retrouverons ensuite.

Share-Nothing

 

image012


« Share nothing », signifie « ne rien partager ». Ce que l’on pourrait représenter schématiquement comme ci-contre, où l’utilisateur internaute peut obtenir le service attendu en s’adressant à n’importe lequel de ces serveurs, indifféremment, et sans que ceux-ci ne partagent quoi que ce soit.

Le principe de share-nothing est un but théorique, pas toujours atteignable. C’est la voie vers une extensibilité sans limite, ainsi que la voie vers la très haute disponibilité à moindre coût.

« Simple is beautiful »

« Le simple est beau », c’est à dire que l’on doit toujours rechercher les solutions les plus simples, qui seront généralement les moins coûteuses, mais aussi les plus fiables.

Pas de solution unique

L’architecte ne doit pas se rabattre toujours sur les mêmes recettes, toujours utiliser les mêmes outils. Même s’il vise une certaine uniformité de sa plateforme, il doit avoir une palette de solutions, et savoir choisir la plus appropriée. Il ne doit pas, par exemple, utiliser une base de données là où un système de gestion de fichiers conviendrait mieux ou encore un transfert de fichier lorsque son besoin est d’un vrai middleware.

Les outils évoluent

Les architectes doivent trouver un équilibre entre bonnes vieilles recettes et solutions nouvelles. Certes, certaines solutions anciennes sont encore appropriées, mais l’informatique bouge vite, et des outils plus modernes arrivent rapidement à maturité, apportant de réels progrès, de meilleures solutions.

Le méga-truc n’est pas la solution

Le méga-serveur avec des dizaines de processeurs, n’est pas la bonne voie pour une plateforme web hautes-performances. De même que le méga-switch, ou le méga-SAN. En règle générale, le méga-truc n’est pas la bonne voie.

Le poste client est plein de ressources

Le poste client, c’est à dire le poste de l’utilisateur, avec son navigateur, a beaucoup de possibilités mal exploitées. Il dispose de beaucoup de CPU, de la mémoire, des possibilités de stockage, etc. Certaines des choses que l’on fait côté serveur peuvent être déportées côté client, avec quelques bénéfices.

L’open source apporte beaucoup de solutions

Dans le domaine de l’infrastructure, l’open source règne en maître. Quand on exploite des milliers de serveurs, comme les plus grands acteurs du web, on est évidemment sensible aux solutions open source, au plan économique d’une part, mais aussi pour leur robustesse à toute épreuve.