Pour savoir où on va, il faut savoir d'où l'on vient

Vous avez
une question ?
Un projet ?

Contactez nous !
 

Contactez-nous

Vous avez une question ? un projet ? 
Vous souhaitez plus d'informations sur un produit ? sur notre offre ? 
Contactez-nous, on vous répond sous 4H.

eZHumanCAPTCHACode reload
retour

Les gestionnaires de versions

Les gestionnaires de versions

Le gestionnaire de versions, connu par son acronyme anglais "VCS" (Version Control Service) ou SCM (Source Control Management) fournit la possibilité à une équipe de développeurs d’injecter du code et de le corriger sans pour autant perdre les corrections des autres développeurs de l’équipe.

La base d’un flux de livraison continue repose en général sur ce type de service. Le gestionnaire de versions, connu par son acronyme anglais "VCS" (Version Control Service) ou SCM (Source Control Management) fournit la possibilité à une équipe de développeurs d’injecter du code et de le corriger sans pour autant perdre les corrections des autres développeurs de l’équipe. Il permet aussi l’accès à l’historique, la gestion de conflits, et majoritairement de créer des branches et des étiquettes (tag) permettant d’identifier des livraisons.

Les branches et tags sont essentiels.

Lorsqu’il est nécessaire de développer une version qui propose une nouvelle fonctionnalité ou encore pour une version de maintenance (corrective), il faut impérativement être capable de ne pas impacter le "tronc" qui représente le développement de la future version.

Ainsi, il est possible de créer une branche à partir d’une version précise, de développer et créer des étiquettes (tags) qui font o ce de repère de version, et livrer ces derniers sans rapatrier les développements en cours non validés. En bref, un VCS est une nécessité pour appréhender correctement le Continuous Delivery.

Aujourd’hui, la quasi-totalité des équipes de développement en entreprise (ESN, éditeurs, équipes internes...) utilisent un gestionnaire de concurrence de versions. Que ce soit l’ancestral CVS ou encore Subversion , sans compter l’incontournable Git. Cela veut dire que si une équipe utilise un de ces outils, elle a déjà un pied dans le CI et le CD. L’étape qui suivra l’utilisation d’un VCS est la mise en place d’une interface à une plateforme d’intégration continue (PIC).